Les structures qui vous accompagnent

Des structures ressources existent pour les aidants. Elles vous accompagnent et vous soutiennent au quotidien. Elles sont nombreuses et variées, publiques, privées, associatives, vous pouvez les solliciter à n’importe quel moment de l’accompagnement, pour vous informer, vous aider dans vos démarches et vous apporter des solutions.

Le Centre communal d’action sociale (CCAS)

Le Centre communal d’action sociale (), ou Centre intercommunal d’action sociale (CIAS) pour les petites communes, est un établissement administratif public créé afin de lutter contre l’exclusion et soutenir les populations les plus fragiles. Les personnes âgées, handicapées, celles qui rencontrent des difficultés sociales ou d’ordre économique, peuvent se rapprocher du de leur commune. Ainsi, elles bénéficient d’un accompagnement dans l’attribution des aides sociales, alimentaires, administratives, ou encore de loisirs (pour les enfants, notamment).

Les structures d’information et de coordination

Les Dispositifs d’appui à la coordination () destinés à la population et aux professionnels permettent de rendre plus accessibles l’offre de soins, les structures et les professionnels, dans le cadre de la prévention de la perte d’autonomie, afin de favoriser le maintien à domicile des personnes en situation complexe et faciliter l’accès à leurs droits.

Ainsi, sur chaque territoire, les regroupent, ou regrouperont au plus tard en juillet 2022, les Réseaux de santé, les (Méthode d’Action pour l’Intégration des services d’aide et de soins dans le champ de l’Autonomie), les Plateformes Territoriales d’Appui (), les Coordinations Territoriales d’Appui (). Les CLIC (Centres locaux d’information et de coordination pour les personnes âgées) peuvent être intégrés directement aux DAC.

Cette video présente une structure d’accueil et de coordination pour les personnes âgées et leurs proches :

Trouvez le dispositif proche de chez vous

Des services dédiés aux aidants : les Plateformes d’accompagnement et de répit (PFR)

Le répit est souvent nécessaire quand on accompagne un proche. Si des aidants peuvent prendre du temps au quotidien, car la situation du proche aidé le permet, ou qu’ils peuvent compter sur leur entourage, d’autres vont avoir besoin de faire appel à des professionnels ou des bénévoles pour se faire aider.

Les Plateformes d’accompagnement et de répit () évaluent avec vous votre situation et vos besoins et vous proposent des services adaptés et diversifiés, tels que l’aide à la recherche d’un hébergement temporaire ou d’un accueil de jour, des sessions de formation à destination des aidants, des temps de répit, des groupes d’échanges entre aidants, ainsi que des loisirs, des vacances, des sorties…

Trouvez le dispositif proche de chez vous

© pour-les-personnes-agees.gouv.fr

Cliquez pour en savoir plus

En pratique :

  • Chaque Plateforme d’Accompagnement et de Répit propose une offre de services aux aidants qui lui est spécifique.
  • Une participation peut être demandée pour certaines activités, selon les plateformes.

La Maison départementale des personnes handicapées (MDPH)

Les Maisons départementales des personnes handicapées offrent un accompagnement des personnes handicapées sur tous les aspects de leur vie. Elles leur apportent des informations, un accueil et une écoute, une évaluation de leurs besoins et une élaboration d’un plan dit de compensation. Elles attribuent des prestations, des orientations en fonction des projets de vie (scolaires, professionnelles, médico-sociales), et assurent un suivi en proposant, si nécessaire, un service de médiation et de conciliation (source : monparcourshandicap.gouv.fr).

L’équipe médico-sociale APA (Allocation personnalisée d’autonomie)

L’équipe médico-sociale (composée de médecins, infirmiers, travailleurs sociaux…) est un service du département qui évalue les besoins et la situation d’une personne âgée de 60 ans et plus vivant à domicile ayant formulé une demande d’Allocation personnalisée d’autonomie. Un membre de l’équipe se déplace à domicile pour déterminer le niveau d’autonomie de la personne (à partir de la grille AGGIR). Puis il élabore un plan d’aide en fonction des résultats obtenus, des besoins évalués, en accord avec la personne aidée.

L’équipe médico-sociale est également en mesure d’évaluer les besoins du proche aidant, s’il le souhaite, pouvant ouvrir le Droit au répit [ajouter lien Droits des aidants]

Les Caisses de retraite et les mutuelles

Les Caisses de retraite regroupent plusieurs régimes de base, tels que l’Assurance retraite pour les salariés du secteur privé (CNAV, CARSAT, CGSS, CSS) et les exploitants agricoles (MSA), ainsi que les artisans et commerçants (RSI). Dans le cas où une personne âgée retraitée ne peut pas bénéficier de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie au vu de sa faible perte d’autonomie, sa caisse de retraite est en mesure de lui apporter des aides.

Dans le cadre de la prévention de la perte d’autonomie des personnes âgées, elles proposent des aides financières et matérielles, des informations, dispensent des conseils, mettent en place des programmes d’actions collectives de prévention pour bien vieillir et accompagnent de façon renforcée les retraités fragilisés. Elles interviennent pour l’amélioration du logement, la mise en place d’aide à domicile, l’accompagnement pour effectuer des démarches administratives. Enfin, elles peuvent disposer de places dans des Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes () ou avoir leurs propres établissements, avec un accès prioritaire pour leurs cotisants.

Certaines mutuelles peuvent apporter une aide à leurs adhérents de tous âges selon leur situation.

La Caisse d’allocations familiales (CAF)

La Caisse d’allocations familiales accompagne les familles dans leur vie quotidienne. Elle prend en charge les prestations légales et l’étude des dossiers (aides au logement, RSA, Prime pour l’Emploi, …)

La CAF est un organisme privé qui soutient financièrement, donc, les familles mais aussi les collectivités locales ; elle œuvre pour améliorer les conditions de logement ; elle contribue à l’autonomie et à l’insertion sociale et professionnelle des personnes et des familles, en soutenant, notamment les personnes et familles confrontées à la maladie ou au handicap.

Les associations

De nombreuses associations s’activent pour soutenir les aidants, les accompagner et les outiller dans leur mission. Pour n’en citer que quelques-unes, France Alzheimer propose, par exemple, une formation à destination des aidants, ainsi que des séjours et des sorties culturelles. L’UNAPEI a à cœur de sensibiliser la population sur la situation des aidants en France, et propose des sessions de formation gratuites. Avec nos Proches a mis en place des ateliers Connect’Aidants, pour partager son expérience d’aidant, réfléchir en petit groupe et proposer des solutions.

France Parkinson, le Téléthon, l’UNAFAM, l’APF, l’Association française des aidants, la Maison des aidants, jeunes-aidants.com, … sont autant de ressources à votre disposition pour que vous ne soyez pas seuls.

Les structures d’aide au maintien au domicile

Les Services d’aide et d’accompagnement à domicile () ont pour rôle d’aider les personnes en perte d’autonomie à effectuer les gestes et tâches de la vie quotidienne.

Pour en savoir plus

Les Services de soins infirmiers à domicile () interviennent sur prescription médicale, afin de dispenser des soins aux personnes âgées et aux personnes en situation de handicap ou atteintes de maladies chroniques.

Pour en savoir plus

Le portage de repas permet aux personnes de recevoir des plats déjà préparés directement chez elles, afin de s’assurer une alimentation régulière et équilibrée.

Pour en savoir plus

La téléassistance est une plateforme téléphonique de sécurité, joignable 24h/24 et 7j/7 en cas de chute ou de malaise.

Pour en savoir plus

L’Équipe spécialisée aalzheimer () intervient à domicile, pour des prestations dites « de soins, d’accompagnement et de réhabilitation ». Elle s’adresse prioritairement aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée – avec ou sans diagnostic – et qui présentent des troubles mnésiques légers ou modérés, mais avec des répercussions sur la vie quotidienne. Les séances ont pour objectif de stimuler, valoriser, maintenir l’autonomie et les capacités de la personne, d’adapter son environnement de vie.

Et pour l’aidant ? Selon les ESA, des séances peuvent être dédiées au proche aidant, avec notamment des entretiens de soutien psychologique.

Cliquez pour en savoir plus

EN PRATIQUE :

  • L’Équipe Spécialisée Alzheimer est une équipe composée de professionnels du soin en gérontologie : Infirmier Coordonateur (), psychomotricien, assistant de soins en gérontologie et psychologue (cette liste est non-exhaustive, spécifique à chaque structure).
  • L’intervention est soumise à prescription médicale (12 à 15 séances par an, renouvelable chaque année)
  • Le coût des séances est pris en charge par l’Assurance Maladie.

Les solutions de répit

Le Centre d’accueil de jour est une solution de répit présentant un double intérêt. Il s’agit à la fois de soulager, par un accompagnement du proche âgé ou fragilisé par une maladie neurodégénérative ou une maladie apparentée, mais aussi de proposer différentes activités à la personne accueillie. Proposé en journée uniquement, l’accueil se fait pour une à trois journées par semaine, selon les capacités de la structure et de la personne accueillie. Ces journées ont différents objectifs, parmi lesquels la stimulation des capacités cognitives et sociales de la personne, en vue de favoriser une vie à domicile le plus longtemps possible. Les accueils de jour proposent des activités et un accompagnement thérapeutique.

Pour en savoir plus
Cliquez pour en savoir plus

EN PRATIQUE :

  • L’entrée est conditionnée par une visite de préadmission.
  • Le nombre de jours est déterminé en fonction du projet thérapeutique et des places disponibles.
  • L’accueil de jour est payant. Le tarif à la journée est calculé sur la base de l’avis d’imposition de l’année précédente.  Sous certaines conditions, l’Allocation personnalisée d’autonomie () peut être sollicitée pour financer une partie du coût.

Les hébergements temporaires et les accueils familiaux permettent aux personnes âgées d’être hébergées temporairement au sein d’un établissement ou chez des accueillants familiaux, en cas d’absence du proche aidant.

Pour en savoir plus

Le relayage à domicile est une solution de répit pour les proches aidants, qui leur permet de s’absenter en assurant un accompagnement relais, par l’intervention de professionnels du domicile.

Pour en savoir plus

Les séjours de vacances sont des séjours adaptés dans l’accueil des personnes en perte d’autonomie, de leurs proches aidants, de leurs familles, en assurant la prise en charge de la personne aidée par des professionnels sur place.

Pour en savoir plus